LA MORT? JAMAIS DE LA VIE!

                                                                                                                   th                 

 

On m’a demandé un jour si j’étais croyante. Je n’avais pas encore assez vécu pour avoir les références nécessaires à une réponse pertinente.

Depuis, la vie s’est chargée de m’apporter des arguments, par un apprentissage intensif. La mort s’est souvent invitée, parfois brutalement, comme récemment où j’ai perdu un de mes frères, il y a un mois.

Les questions se sont succédées durant ces années. Et après la douleur des deuils successifs, chez moi comme chez les autres, après les témoignages divers, voici mes remarques et mes conclusions. Elles sont personnelles et n’engagent que moi-même.

Bien loin des vérités scientifiques qui ne répondaient pas à mes interrogations, c’est par des témoignages et des expériences personnelles qu’il m’a été donné, sinon de comprendre, au moins de penser que rien n’est vraiment terminé lorsqu’on s’en va.th2

Qu’il y a-t-il « ailleurs » ? pourquoi tout ça ? y a-t-il d’autres mondes dits parallèles ? je me posais déjà ces questions dès le plus jeune âge.

Les mathématiciens s’accordent à dire que le hasard n’existe pas, d’où la théorie du chaos démontrant que tout n’est qu’enchainements de faits aboutissant à un évènement. Les astrophysiciens, eux, nomment « matière noire », cette force incommensurable qui maintien les planètes. Quelle force ? quelle est cette énergie d’un pouvoir inimaginable ? qu’elle est donc sa source?

Plus concrètement, n’avez-vous jamais entendu combien « la nature est bien faite » ? ou remarqué comme tout semblait s’imbriquer pour aboutir à une chose inattendue ?

N’avez-vous jamais « souhaité » une chose si fort qu’elle s’est réalisée ?

N’êtes-vous jamais passé si près d’une catastrophe, « épargné » grâce à un « concours de circonstances » ou une décision de dernière minute ?

Je suis certaine que plusieurs « coïncidences » ont jalonné votre vie. Nous avons tous des exemples de bizarreries ou autres phénomènes inattendus. Pour ma part, la mienne en est remplie.

Je parlerai à présent de la mort. Cette inconnue tant redoutée, cette fin que vous pensez. Et si vous vous trompiez ?

Personne, à ce jour ne peut infirmer l’existence d’un vie pendant la mort.

Si vous avez connu le deuil, vous me comprendrez.

J’en ai connu plusieurs, à mon âge, c’est logique.

Le dernier, mon frère, m’a laissée dans un état de sidération par son incompréhensible rapidité. J’étais au plus bas lorsque j’ai fait la connaissance d’une femme qui, on ne sait pourquoi, m’a parlé de son neveu, décédé à 2 mois, qui communiquait avec ses parents par des pleurs (enregistrés sur portable) et des formes sur vidéos (portable également). Encore une coïncidence ! pourquoi cette conversation d’une inconnue ? était-ce pour me réconforter quelque part ? elle l’a fait en tout cas, sans le savoir.

N’avez-vous jamais perçu des parfums, des courants d’airs autour de vous, sans aucune raison d’être ? moi oui.

N’avez-vous jamais ressenti l’ambiance dans des lieux historiques ou dans une pièce anodine ? moi oui.

Et que dire des sensations de « déjà vu » ? des endroits que vous reconnaissez sans jamais y être allé ? réincarnation inachevée?

Et les rencontres qui changent votre vie alors que l’espoir était sur le point de vous quitter ?

Aussi cartésien que l’on soit, si l’on analyse les données, les évènements non expliqués, après les témoignages et les coïncidences un peu trop « frappantes » comme si ON tentait de nous faire comprendre…

Quoique soit ce ON, la science a ses limites et ne peut expliquer que ce qui est explicable. Au-delà de ces limites, toutes les hypothèses sont bonnes. La balance bascule largement vers l’imaginable, ce qui le rend possible, voire, probable.

Ce qui me prête à dire, selon les éléments réunis, qu’il est illogique que tout s’arrête à la mort.

L’Univers est vivant. Sa puissance dépasse notre esprit qui ne peut en concevoir plus que ce dont la majorité le persuade.

th

La mort n’est qu’une transition, un sas entre ce qui était et ce qui sera. Elle est une vie entre deux existences.

Les défunts communiquent de multiples façons, ne les perçoivent que les esprits ouverts à l’immensité du possible.

L’absence de nos proches est insupportable, mais penser qu’ils nous voient avant d’intégrer la vie prochaine est un soulagement, tout relatif qu’il soit.

Alors à la question « es-tu croyante », je réponds désormais que croire c’est douter … et moi je n’ai plus aucun doute.

Je ne crois pas, je sais.

 

A mon frère

Laisser un commentaire

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus