Pourquoi j’écris ?

th 

Pourquoi écrire ? dans quel but étaler sur la feuille, des centaines de mots formant des phrases qui deviendront chapitres ?

Comme autant de Gouttes d’eau donnant naissance aux rivières qui se jetteront dans l’océan de multiples histoires, mes mots sont des cris silencieux, une soupape de sécurité pour ne pas perdre le couvercle. Un calmant naturel mais à fort risque d’accoutumance.

J’exprime par l’écriture ce que d’autres formulent par le verbe. Je ne sais faire que ça. Le son m’assourdit, l’écrit m’apaise.

La plume est cet outil formidable par lequel on exprime ses joies, ses interrogations, ses remarques et hélas, sa douleur.

Chaque mot que j’inscris est une larme que j’interprète ou un rire que je traduis.

Peu importe si je me fais comprendre ou pas, je ne vis que pour ça. C’est ma façon de croire en quelque chose et de l’inscrire comme on étale sa vie sur une table.

Parfois la douleur est si grande que l’on se noie dans son chagrin. L’écriture est un radeau sur lequel on se réfugie, c’est alors que l’on peut survivre la tête hors de cet océan de larmes.

Pourquoi j’écris ?

Parce que les paroles s’envolent telles des plumes légères qui rejoindront le néant, alors que les écritures resteront figées à jamais, comme pour retenir ce qui a été, bon ou mauvais.

Parce qu’on écrit toujours avant de dire. Moi, je ne peux pas lire ce que j’écris, car mon verbe est maladroit et hésitant. Ma parole flanche sous l’effet nocif de ma neuropathie, mes écrits sont le prolongement de mes pensées. La transcription de mon esprit dès lors que mon cerveau ouvre ses vannes en mode chimérique.

J’écris pour être moi-même, j’écris pour exister.

 

 

 

Laisser un commentaire

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus