ASPERGER CHEZ LE MEDECIN

 

Comme grand nombre de mes congénères, je ne supporte pas d’être touchée par un inconnu. Cet état de fait peut engendrer, vous serez d’accord, quelques difficultés quand il s’agit d’une auscultation médicale ou d’une vaccination quelconque.

Mesdames et Messieurs les parents, lisez bien ce qui va suivre, ça peut vous aider à comprendre.

Nous ne sommes ni de mauvaise foi, ni turbulents, ni douillets. Nous souffrons juste d’un malaise neurologique accompagné d’une forte sensibilité cutanée, auditive et visuelle.

Enfant, je n’étais jamais malade. Une chance pour mes parents.

Toutefois, je ne pouvais me soustraire aux sempiternelles vaccinations.

Horreur, malheur !! Je ne me suis jamais endormie aussi vite que lors de séances de vaccinations.

Je me faufilais systématiquement sous la table d’auscultation et lorsque le médecin arrivait à m’en extirper, il avait droit à des cris et des coups. On aurait cru à un remake de l’enfant sauvage. Après l’injection, adieu! je partais pour une sieste rapide mais profonde lol

 

Vous avez dit dentiste ? ahhh ! les soins dentaires. Une vraie sinécure pour masochistes.

Nous sommes pour ainsi dire, d’une nervosité paroxystique. En gros, de vraies boules de nerfs.

Imaginez ce que peut donner une dévitalisation ou une simple anesthésie, lorsqu’elle fonctionne, généralement au bout de quatre injections par exemple.

Comment dire. Il est quasi impossible au praticien d’effectuer ses opérations sans nous attacher. Ce que j’ai subi pendant des années. Et vlan, la tête fixée à l’aide d’une sorte de minerve bloquant ainsi toute possibilité de bouger.

Sans ça, je glissais systématiquement le long du fauteuil ou me tortillais comme un ver sur une plaque électrique.

Le Professeur Camus, du CHU Guy de Chauliac à Montpellier a un jour fait l’expérience du marteau à réflexes.

Chez le commun des mortels, lorsque l’on frappe sur le genou, la jambe se soulève. Chez moi (ou nous, je ne sais pas), c’est le corps entier qui s’est soulevé. Le professeur s’est effrayé, disant que je faisais du nervosisme. J’ai cru qu’il allait appeler un exorciste!

Lorsqu’on nous touche sans nous prévenir, c’est comme si de l’électricité nous traversait. Sans douleur, mais pour le moins gênante. Alors, on fuit, on s’écarte comme si on fuyait la peste. Tiens…imaginez qu’on vous touche la voute plantaire…ça vous fait quoi ? ben nous ressentons le même effet sur tout le corps. Ce qui, parfois, nous fait prendre des postures, disons, farfelues.

Nous ne le faisons pas intentionnellement pour faire rire la galerie ou embêter qui que ce soit. Ça n’a rien de risible croyez-moi.

Papas, Mamans, nous ne sommes pas des sauvages. Nous ne pouvons supporter ni le bruit aigu ni la forte luminosité. C’est comme ça, nous sommes à fleur de peau ! On n’y peut rien.

Asperger n’est pas épileptique, il n’est ni fou ni demeuré. C’est juste un grand nerveux.

Et je le répète, parents, nos facultés intellectuelles ne sont aucunement affectées. Si nous ne comprenons pas toujours les multiples sens de vos blagues, ce ne sont en aucun cas nos cerveaux qui sont en cause, mais bien les vôtres qui emploient des contre-sens et autres expressions totalement illogiques.

Pour preuve, la dernière phrase d’une assistante sociale récemment consultée :

« Je vais passer le dossier à quelqu’un qui a plus de bouteille(s) que moi » que font les bouteilles dans cette phrase? en l’espace d’une seconde, j’ai visualisé une pochtronne, une bouteille de pastis dans chaque main. Complètement idiot et inopportun.

Je n’ai rien dit le temps de m’expliquer ce qu’elle pouvait bien raconter. Après analyse rapide, j’ai compris que ce terme s’apparentait à de l’expérience. Mais bon sang, pourquoi ne pas dire « quelqu’un qui a plus d’expérience que moi »? ça la rendait inférieure? pff

Donc parents, n’ayez aucune inquiétude, nous sommes tout à fait « normaux’ de ce côté là. Enfantins mais « normaux ». Ce terme me fait toujours sourire.

Dites vous que si nous bougeons tels des pantins désarticulés, c’est que nous avons le rythme dans la peau et que la danse illustre nos vies quotidiennes. Voilà!

Oh j’oubliais de vous conter les visites gynécologiques….heu…non. Dans une autre vie.

 

 

A lire, mon petit ouvrage tiré de mon ancien blog :

672742_LCL_c14

l’histoire vraie d’une rencontre nécessaire.

Tenter de digérer ce qu’on ne peut avaler, par l’humour et l’auto-dérision.

à commander sur Amazon, Chapitre, FNAC et aux éditions EDILIVRE

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

4 Réponses à “ASPERGER CHEZ LE MEDECIN”

  1. BernartZé dit :

    Votre style est toujours aussi alerte et précis et votre sens de l’humour ravageur ; c’est un vrai bonheur de vous lire !
    Malgré un sujet grave (la scène chez le dentiste a dû constituer un réel traumatisme) vous parvenez à nous faire facilement entrer dans « votre monde »…qui -pour certains autres- n’est pas si éloigné du leur.

    Je pense cependant que nous -êtres humains- faisons tous partie du même monde et que chacun est différend à sa manière.
    « Nous sommes tous faits pareils » est l’une des phrases les plus stupides que j’ai jamais entendue.
    Répétée à l’infini, elle laisse à penser que nous sommes de simples photocopies faites à partir d’un seul original ; absurde !
    Chacun possède ses propres caractéristiques, les Asperger aussi.
    Le problème est que, malgré des reportages TV, ils continuent pour beaucoup à passer pour des phénomènes dont les autres ont peur par méconnaissance.
    Il semblerait que j’ai la même réaction que vous lorsque j’entends le mot « normal » qui pour moi n’a aucun sens.
    La norme…connais pas !

    Regroupés en un ouvrage l’ensemble de vos posts ferait un merveilleux livre…qui devrait être intégralement remboursé par la Sécu !

    …B.

    • Marie P. NADAL dit :

      Bonsoir BernartZe.
      Je ne sais que dire face à ce déluge de compliments, sinon un grand merci. J’ai le plaisir et la joie de vous informer que le livre intitulé QI147 LES TRIBULATIONS AMOUREUSES D’UN GENIE ATTARDE est en phase de publication.
      Son contenu est différent de ce blog, mais il retrace les difficultés d’évoluer dans un monde que l’on ne comprend pas. C’est évidemment tourné en dérision, auto-dérision.
      Il faudra donc patienter deux mois encore, pour voir mon second bébé naître!
      Merci encore

      • BernartZé dit :

        Bonsoir,

        Je puis vous assurer que mes compliments sont sincères et totalement justifiés.
        Sans doute aussi parce que votre style d’humour plein d’auto-dérision me correspond parfaitement ; « rire de peur d’être obligé d’en pleurer »…

        Attendant justement l’arrivée dans ma boîte aux lettres de votre 1er bébé (vivement la fin de semaine prochaine), je suis ravi d’apprendre l’annonce de la prochaine naissance du deuxième.
        J’espère qu’il recevra autant d’éloges -lus sur divers sites littéraires- que le premier.

        …B.

Répondre à Marie P. NADAL

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus