Le génie du Comique

« Les gens qui ne rient pas ne sont pas des gens sérieux«  -  Alphonse Allais.

« Bienheureux celui qui a appris à rire  de lui-même car il n’a pas fini de s’amuser«  – Joseph Folliet

« Les comédiens utiliseraient ce concept, en exagérant chutes, cris et larmes pour atteindre enfin une scène sans gravité. Ainsi le comique permet un défoulement, de relâcher les tensions imposées par les codes et les conventions, mais également une régression, avec notamment un retour vers l’enfance » – Sigmund Freud.

Voilà de bien belles citations qui peuvent caractériser l’essence du Comique.

Je ne ferai pas ici, l’analyse psychologique ou scientifique du phénomène comique. Pour cela, posez vos questions en privé.

Je mets sciemment une majuscule au mot Comique. C’est une façon de lui rendre l’importance qu’il mérite, par le bonheur qu’il suscite.

Je ne parle pas ici d’humour, mais bel et bien du Burlesque. L’échelon au dessus pour moi  (aucune objectivité, c’est mon ressenti).

L’acteur Burlesque, le Comique est souvent mal considéré, jugé comme un imbécile devant lequel les gens sérieux et bien dans leur suffisante intelligence, ont le sentiment et la certitude d’être supérieurs. Ils se rassurent en pensant que l’idiotie de ce pantin qu’ils regardent n’atteindra jamais leur haute sphère intellectuelle.

Il est justement là le grotesque!

Pour imaginer des gags, des réparties et des situations comiques, bref, pour « faire l’idiot », il faut une sacrée dose d’intelligence. Générer le rire aux éclats demande une imagination et un travail démesurés. Principalement s’il implique  l’abnégation de sa « dignité ». Seuls des êtres exceptionnels ont cette possibilité.

Heureusement, la majorité rit sans arrières pensées. De ce rire qui soulage quand la journée a été rude, qui réconforte quand la vie s’acharne ou que la maladie s’installe.

Ce rire là est une médecine, une pépite précieuse et vitale.

Il est aisé de faire pleurer. Faire pleurer de rire est un Art difficile mais oh combien gratifiant et jouissif pour celui ou celle qui le pratique ou qui le « reçoit ».

Ce rire là, Monsieur, est un phare au pied duquel on se réfugie.

Ce rire là, Monsieur, est un diamant taillé en mille facettes qui ne cesseront jamais de nous éblouir.

                   th16                A mon ami Jerry


Laisser un commentaire

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus