HEIN ?

th1

Le syndrome mis au jour par ce brave Hans Asperger est une anomalie d’ordre neurologique. Nous avons tous, mes congénères et moi, quelques difficultés cognitives, à des niveaux différents.

Exemples :

- Je reconnais difficilement les nouveaux visages. Ce qui génère parfois des situations insolites (un bonjour à quelqu’un qui n’est pas la bonne personne, une discussion avec une femme durant une heure sans savoir qui elle était).

- La maladresse physique est omniprésente au quotidien. Je complète mon stock de verres si souvent qu’ils n’ont pas le temps de s’oxyder.

- Ma démarche est parfois singulière, ce grâce à une mauvaise synchronisation de mes membres.

 

Mais le plus handicapant pour moi est sans conteste l’incompréhension des codes sociaux et de ces sacrées expressions françaises.

Je ne vis que dans la logique absolue. Disons que je pense comme un enfant. Une chose est une chose.

Imaginez  les connections de mon pauvre cerveau lorsque mes oreilles ont capté l’expression « je vais lui en toucher un mot ».

De même quand on m’a dit :  « elle a pris la mouche »…je pensais que la personne avait une mouche dans la main.

Et que dire de « il s’est tiré une balle dans le pied » ! j’étais effrayée de savoir le jeune homme blessé et surtout…propriétaire d’une arme à feu.

Quant à « ça casse pas trois pattes à un canard »…non…je ne comprends toujours pas. Pas plus d’ailleurs que le très connu « gentil n’a qu’un œil »….quel est le rapport entre la gentillesse et cet handicap physique ? si j’osais, je dirais que je ne vois pas. Ben j’ai osé.

Tout ça peut faire sourire, mais croyez-moi, c’est loin d’être agréable de ne rien capter de ce qu’on vous raconte…qui plus est dans votre langue maternelle !

J’ai donc un calepin dans lequel je répertorie chaque nouvelle expression que j’entends, avec sa signification quand j’ai le courage de la demander.

Qu’en est-il des fameux codes sociaux ?

La belle affaire !  D’aucuns diraient que je ne sais pas vivre. Mes parents m’ont appris la politesse oui. Cependant, je ne sais jamais où la placer.

Je m’explique.

Je ne sais jamais ou très rarement quand je dois faire la bise ou serrer la main.

Si ça s’arrêtait là, je n’en parlerais même po ! mais que nenni !

Je ne comprends rien aux « ponts » relationnels. Quand doit-on appeler après une première rencontre et qui doit le faire ?

Et dans une relation (dite) amoureuse, doit-on OBLIGATOIREMENT se voir souvent ? j’ai un grand besoin d’être dans ma bulle, seule.

La solitude et le repli sont synonymes de tranquillité pour moi.

Je ne supporte que difficilement la foule. Dans les réceptions, je ne sais jamais quand partir, si je dois dire au revoir à tout le monde, ou filer comme un pet, etc etc…

Je passe ainsi pour une mal élevée ou une petite conne.

Alors j’imite, je fais comme les autres que j’observe. Rien n’est inné chez moi, tout est acquis.

L’adaptabilité, le mimétisme et le déni de toute logique. Tels sont les secrets d’un Aspie pour paraître un tantinet acceptable aux yeux du commun des mortels. En gros, paraître ‘normal’. C’est EPUISANT !

Laisser un commentaire

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus